Des commerces de proximité dans nos quartiers

Pouvoir accéder facilement à des commerces, dans une grande ville comme Sartrouville, devrait aller de soi. Faire ses courses près de chez soi, acheter son pain à pied, aller à la pharmacie aisément etc.

Pour autant, nous avons constaté depuis quelques années que la situation se détériore dans certains de nos quartiers : magasins fermés, plan de circulation incompréhensible, projets urbains prévoyant des fermetures « transitoires » se comptant tout de même en années…J’interviens régulièrement sur ces questions pour souligner tout particulièrement la problématique de deux quartiers :

  • la place Alexandre Dumas sur laquelle devraient enfin réapparaître une vie commerciale normale, mais  je n’ai jamais eu accès aux informations, aux résultats des études que je demande avec constance => c’est toujours oui, je n’ai jamais rien (comme pour mes demandes sur les effectifs scolaires)
  • la place Nationale, cœur historique de la ville, où subsistent encore quelques commerces avec un plan de stationnement défiant l’entendement. Sur ce sujet, le Maire a entendu mes remarques et demandes répétées puisqu’une étude a été lancée. J’espère, cette fois-ci, en avoir les conclusions. D’autant que l’enlèvement, subrepticement aussi, de la fontaine de cette place intrigue… http://www.78actu.fr/ou-est-passee-la-fontaine-du-vieux-pays_42467/

Pour l’instant, c’est un peu comme pour tout le reste, les sujets sont traités en catimini et arrivent en Conseil municipal au dernier moment ce qui nous a conduit à saisir le tribunal administratif de Versailles en septembre 2017 sur le projet Jaurès.

La seule exception est la commission « commerce et développement économique » qui s’est tenue en juin 2016 pour la première fois pour nous présenter le projet « Jaurès« . C’est un projet ambitieux, structurant pour le centre-ville et de nature à lui fournir la locomotive d’attractivité commerciale qui lui manque. Malgré nos réserves sur le calendrier, le stationnement et le traitement des commerces existants, nous avons voté pour ce projet au Conseil municipal suivant. Devant notre insistance sur les réserves émises et l’évolution du projet, une deuxième réunion a été organisée le 12 décembre 2016 : le projet évolue, prend en compte certaines de nos observations mais, en ce qui me concerne, mes réserves et interrogations demeurent sur le stationnement (notamment pour les riverains) et la voierie, la gestion de la transition pour les commerçants déjà en place et tout cela manque de concertation avec les acteurs directement concernés. Depuis cette réunion, le sujet tourne au vinaigre, Isabelle Amaglio-Térisse y a consacré un premier article puis un deuxième car c’est au tribunal que nous avons été contraints d’assigner la Ville compte tenu des irrégularités de procédure (lire + ici).