25 juin 2019

Nous nous sommes associés au moment de recueillement en mémoire de Mme Aknine et M. Lemaire, élus de majorité récemment décédés.

Nous avons refusé de voter les différentes représentations du conseil dans différentes instances car nos demandes pour y siéger en tant qu’opposition sont systématiquement refusées.

Nous avons souligné l’intérêt des consultations électroniques que commence à organiser la ville, avons voté positivement tout en souhaitant que ce soit un réel outil au service de la démocratie participative avec des sujets réellement impactants pour les habitants.

Nous avons voté contre la subvention de 20 000 € pour la rénovation de Notre-Dame de Paris. En premier lieu parce qu’il s’agit d’une cathédrale que ce bâtiment relève de la responsabilité de l’Etat ainsi que le prévoit la loi de 1905. Personne ne conteste, en outre, son rôle particulier dans notre patrimoine national au-delà de sa profonde signification religieuse, et son caractère véritablement emblématique. Personne non plus ne minimise son impact touristique au-delà de l’importance que cette église unique revêt pour les croyants catholiques. C’est bien pour cela que ce n’est pas aux villes de participer au financement de cette reconstruction mais bien à l’Etat. A fortiori quand on constate la manque d’équipements, l’état de la voierie etc.

Une très large partie du Conseil a été consacré aux budgets 2018 et 2019. Comme l’an passé, nous avons remercié les services pour la clarté de leur présentation des dépenses par secteur d’activité et, comme l’an passé, nous avons voté contre les budgets eux-mêmes car nous n’adhérons pas aux choix politiques qui s’expriment ni à la manière dont ils sont arrêtés. Sur 2018, à nouveau, les investissements budgétés sont trop peu réalisés ce qui conduit à reporter d’une année sur l’autre ces sommes. Au final, cette année encore, cela aboutit à doubler voire à tripler l’enveloppe initiale 2019 dans un budget supplémentaire hypertrophié.  Ceci pose question sur la gestion municipale : pourquoi cet écart ? Quel sens cela a de présenter et faire voter un budget qui ne sera pas exécuté. Cela fait 4 ans que nous revenons sur ce point, sur les restes à payer trop élevés. Nous souhaitons avoir un suivi pluriannuel de l’exécution de ces investissements : le Maire trouve qu’il s’agit d’une bonne idée, année après année… et le promet s’il est réélu. Nous avons souligné enfin, le manque d’informations sur des sujets importants : études, aménagement de la place Nationale ou de celle Alexandre Dumas, réfection de la voierie etc.

Nous avons voté contre, évidemment, les subventions de la ville aux écoles privées (très largement religieuses) situées hors de la ville mais accueillant des petits Sartrouvillois : c’est un choix politique, facultatif de la majorité municipale pour les maternelles et qui doit être assumé comme tel. D’autant que les budgets augmentent d’année en année. Nous avons choisi de voter la création d’un nouveau lieu ouvert aux familles mais avons demandé les statistiques de fréquentation de la maison de la famille car nous sommes perplexes quant à la participation de familles des quartiers politique de la ville (alors que cette structure est largement financée par des subventions politique de la ville).

Nous avons voté les remises de prix aux jeunes entrant en 6e et avons souhaité que cela soit un livre et qu’il provienne de la seule librairie indépendante de la ville. Nous avons voté des dispositifs d’économie d’énergie, de modification de règlement d’établissements de la petite enfance mais aussi quelques subventions exceptionnelles.

Nous n’avons pas voté les mesures relatives au personnel communal faute d’éléments permettant de comprendre, documentant, les orientations proposées. Nous n’avons pas voté non plus les tarifs scolaires car la majorité refuse toujours d’intégrer les revenus des familles pour ces tarifs (quotient familial). Enfin, nous n’avons pas voté la charte de relogement NPNRU car elle est trop imprécise et les engagements qui sont pris sont trop faibles : y a-t-il des « quotas » par ville sur l’intercommunalité pour loger les Sartrouvillois ? quel traitement des plus défavorisés ? quel dispositif pour rendre les classements transparents ?

Nous avons demandé l’inscription de deux questions dans la rubrique « divers » du conseil :

  • Qpark : la majorité nous avait promis un rééquilibrage de cette délégation de service public pour éviter d’avoir à payer une indemnité chaque année à cette entreprise. Toujours rien…
  • Ferme de Gally : nous avons voulu en savoir davantage sur le projet de construction d’un collège sur cet emplacement et nous nous inquiétons du sort du complexe « Gally » (ferme et jardinerie). En effet, la jardinerie ferme alors qu’elle devait constituer une source de revenus pour la ferme pédagogique, financée à 600 000 € par la ville à sa création. Nous alertons depuis plusieurs années sur la dégradation financière de l’ensemble. A suivre, rapidement puisque le tout est confirmé.

Bon été à tous !