15 février 2018

Nous avons commencé le conseil par un remaniement interne à la majorité municipale, avec un nouveau maire-adjoint en charge d’un nouveau portefeuille « innovation, communication, e-administration »… nous attendons donc les innovations et avons quelques idées en termes de démocratie. S’en sont suivies différentes désignations de représentants de la ville, nous nous sommes portés candidats… sans succès. Nous avons participé à ces votes, qui contribuent à la démocratie interne à ce conseil.

Nous  nous sommes associés aux remerciements de la majorité municipale aux équipes qui se sont mobilisées sur le terrain lors de la crue et de l’épisode neigeux même si nous ne partageons pas la vision du Maire de la gestion de l’eau et des pratiques qui entravent l’écoulement des eaux (https://sartrouvillenotreavenir.com/2018/02/01/inondations-ce-nest-pas-une-fatalite/).

Nous nous sommes opposés à la vente des terrains dans la zone Dumas qui sont cédés à des promoteurs privés pour la construction de grands ensembles dans le secteur tout privé alors qu’il manque des logements en secteur tarifaire intermédiaire, des petits ensembles et surtout des services publics ! Alors, c’est non.

Nous avons naturellement voté pour une convention avec la CAF pour une convention « jeunesse » qui va apporter un financement important à la ville pour soutenir, notamment, les crèches et des initiatives en faveur des adolescents.

En revanche, nous avons voté contre la modification de la délégation de service public pour l’accueil des enfants en accueil autour de l’école. En effet, nous avions souhaité une exploitation directe par la ville et ce sujet a été écarté d’un revers de la main par le Maire et, d’autre part, nous avons voté contre le passage brutal à la semaine de 4j pour les enfants et cette délibération en organisait les conséquences.

La tonalité s’est tendue avec nos questions sur les décisions du Maire proposées par la majorité à l’enregistrement (une rafale de 50 quand même !)  suivies par nos questions diverses :

  • Des montants sous des libellés un peu étranges « atelier émotions au travail », cours de cuisine à 8 200 €
  • La situation de la médiathèque et de la bibliothèque Stendhal toujours en attente de recrutements sur des postes non pourvus
  • Le contenu de l’étude « école sur le Vieux Pays » pour 17 000 €
  • Modification du PLU en 2018 pour « protéger les zones pavillonnaires » et « adopter une charte architecturale » => nous avons demandé qu’une réelle concertation soit organisée cette fois-ci
  • Le point sur les travaux sur l’école Joliot-Curie dont certaines parties sont particulièrement dégradées, dangereuses pour les enfants