Commission Santé 2019

Cette Commission avait pour objectifs un bilan du 1er contrat local de santé (CLS) et la présentation du prochain sur la période 2019-2022.

Le  premier contrat (2015-2018) s’articulait autour de 3 axes stratégiques :

  • accès aux soins de 1er recours ;
  • parcours de santé des personnes vulnérables (femmes et pers âgées) ;
  • santé mentale et conduite à risques

avec un coordonnateur pour en assurer et suivre la mise en oeuvre.

Au titre du bilan de ce premier contrat, la majorité municipale souligne :

  • la construction de partenariats multiples (avec les professionnels de santé, le centre Th Roussel…),
  • la constitution d’un Conseil Local en Santé Mentale,
  • des premières actions à destination des jeunes (prévention des conduites à risques notamment)
  • la prévention du diabète, AVC.
  • le repérage et l’accompagnement des personnes âgées isolées,
  • le renforcement du centre de santé municipal Yves Culot avec davantage de consultations

Le 2e contrat (2019-2022) poursuit les mêmes axes que le 1er avec des actions similaires, certaines ayant été ajustées ou enrichies.

  • améliorer l’offre de soin de 1er recours, améliorer la coordination des parcours de santé, optimiser le parcours de santé des personnes vulnérables, renforcer la prévention auprès des populations (maladies chroniques, maintien à domicile, déterminants de santé liés à l’habitat et l’environnement), faciliter le repérage des troubles psychiques et l’orientation dans le parcours de soins, prévenir les conduites à risque chez les jeunes.

Pour notre part, nous nous réjouissons des avancées notamment pour ce qui relève des actions de prévention (jeunes et personnes âgées particulièrement) et de la santé mentale mais nous demeurons préoccupés par :

  • le manque de médecins particulièrement criant à Sartrouville,
  • la fracture sociale et territoriale qui ne se réduit pas alors que ces contrats devraient être focalisé sur cet objectif (nous peinons à identifier les actions particulières menées pour les quartiers les plus fragiles dans ce contrat),
  • les risques sur la santé que peut faire peser un environnement dégradé (pollution de l’air, bruit, perturbateurs endocriniens mais également logements insalubres). En ce sens, nous avons regretté que volet soit réduit au jardinage et nous souhaitons que soit bâti un réel volet sur ces risques, nous sommes prêts à y contribuer.

et nous restons vigilants face aux annonces des projets d’évolution pour le Centre municipal YCulot : déménagement, partenariat public/privé. Nous souhaitons que ce centre s’agrandisse tout en restant dans un périmètre proche, facile d’accès pour les habitants du QPV et dans une démarche de santé municipale (et non privée). Enfin, nous souhaiterions que la conception et la mise en œuvre de ces actions associent les habitants.

Nous tenons le texte du contrat local de santé à disposition de celles et ceux qui souhaiteront que nous leur transmettions.