Modification du PLU : le courrier du Maire qui fait tâche « après l’heure, c’est plus l’heure ! » 

Scan0010En ouvrant ma boîte aux lettres ce matin, j’ai reçu ce courrier signé par le Maire, dans une enveloppe sans timbre, comme tous les Sartrouvillois (enfin, j’espère que tous les habitants, tous quartiers confondus l’ont reçu).

Certains pourraient se réjouir d’une communication large sur des sujets municipaux, même si il y a des raisons de s’opposer à cette modification du PLU (voir notre compte rendu du dernier conseil municipal) malgré quelques avancées.

Mais, en prenant un peu de recul on ne peut que s’indigner : le Maire utilise des moyens de communication importants pour informer les Sartrouvillois APRES que l’enquête publique et le vote ont eu lieu ! En effet, l’enquête publique fut annoncée rapidement dans la presse et sur le site de la Ville comme l’oblige la loi, mais sans zèle de la part de la majorité alors que nous demandons des réunions publiques où l’on aide tous les habitants à décrypter les enjeux pour qu’ils puissent réagir aux projets présentés. Le Maire a, jusqu’à présent, privilégié quelques associations, quelques quartiers en petit comité pour un show de présentation. On est bien loin de l’organisation d’une réelle concertation.

Un courrier de ce type ou une campagne d’affichage aurait été beaucoup plus efficace alors. Mais, le Maire préfère dépenser l’argent public pour mettre les Sartrouvillois devant le fait accompli en insistant sur des aspects particuliers de cette modification, dans une perspective pré-électorale qui n’échappera à personne.

1918 – 2018 : tirons le bilan de la guerre

Imaginez des soldats défilant sur les Champs Elysées, en formation et au rythme réglementaire, 24h sur 24 sans s’arrêter pendant 81 jours et 81 nuits : cela représente le nombre de soldats morts pendant la 1ère Guerre Mondiale, sans compter les blessés qui décèderont plusieurs mois ou années après, sans compter les « gueules cassées » etc.

Massacre de masse des jeunesses européennes, africaines, américaines, asiatiques  (près de 10 millions de morts), mais aussi gaspillage de ressources : avec l’argent qu’a coûté cette guerre, on aurait pu offrir une villa meublée avec jardin à chaque famille de France, des Etats-Unis, du Canada, d’Angleterre, de Belgique, d’Allemagne et de Russie, ainsi que des hôpitaux, universités, bibliothèques dans les villes principales de ces pays (d’après le journal des mutilés et combattants). Elle n’aura enrichi que les patrons de l’armement et les industriels.

C’est le bilan de cette « grande guerre », résultat direct des nationalismes exacerbés. Sur la même ligne, le traité de Versailles a engendré une paix mutilée et punitive qui fut le creuset de la 2nde Guerre Mondiale et son cortège d’atrocités.

Nous serons donc présents le 11 novembre, comme chaque année, au monument aux morts de Sartrouville, pour commémorer les sartrouvillois tombés pour la patrie, et au-delà toutes les victimes de cette boucherie : soldats de toutes nationalités, déserteurs ou mutins exécutés sommairement, victimes civiles…

Lors de ces cérémonies, au lieu d’entendre certains discours glorifiant la victoire et les généraux français, je préfèrerais écouter la chanson de Craonne et que l’on parle d’humanité et de la mémoire des fusillés pour l’exemple.

Maudite soit la guerre.

Romain Chiaradia, Europe Ecologie Les Verts

Isabelle Amaglio-Térisse, « Les Radicaux de Gauche »

 

Courriel : Sartrouville.notre.avenir@gmail.com

Tw @SartrouAvenir et FB « Sartrouville, notre avenir »

Au menu du prochain Conseil Municipal

Voici l’ordre du jour de notre Conseil Municipal de rentrée !

Au menu : « intercommunalité », « politique de la ville », « coeur de ville » et quelques cessions de terrain.

Pour en discuter, recenser vos remarques et répondre à vos questions sur l’actualité municipale en général, rendez-vous mardi à 20h30 au café « l’entre-pôts » au niveau de la gare RER de Sartrouville

 

ODJ img

Tribune de Septembre 2018

Mieux vivre à Sartrouville : notre avenir se prépare dès la rentrée

Nous avons préparé la rentrée dès le 3 juillet avec notre compte-rendu de mandat : habitants, militants associatifs ou politiques venus d’horizons très divers, merci à vous d’avoir été présents !

Ce fut l’occasion de revenir avec vous sur nos réalisations et combats à votre service depuis 2014 :

  • cadre de vie: nous défendons un urbanisme dense en centre-ville mais à taille humaine, accompagné de services publics suffisants pour les nouveaux habitants, des espaces verts, et une lutte contre la publicité agressive
  • un budget équilibré à la hauteur de la 2ème ville des Yvelines
  • circulations : une ville qui respire avec plus de vélos et moins d’autos (donc des aménagements cyclables nombreux et performants), nous proposons un code de la rue pour partager l’espace public avec équité entre piétons, cyclistes, automobilistes…
  • vie associative: nous soutenons les associations qui font vivre notre ville (notamment sur le plateau) et nous nous battons pour leur indépendance et la transparence des subventions, très aléatoires selon les structures. Nous serons d’ailleurs comme chaque année au salon des associations à la rencontre de celles et ceux qui apportent tant à notre ville.
  • Mais aussi laïcité, démocratie locale etc

La rentrée sera aussi l’occasion de présenter les résultats de notre consultation « cœur de ville » au Maire, nous reviendrons vers vous pour suivre l’avancée de vos propositions !

Vous pouvez d’ailleurs retrouver nos différents supports sur www.sartrouvillenotreavenir.com

Romain Chiaradia, Europe Ecologie Les Verts

Isabelle Amaglio-Térisse, « Les Radicaux de Gauche »

 

Courriel : Sartrouville.notre.avenir@gmail.com

Tw @SartrouAvenir et FB « Sartrouville, notre avenir »

Projet de territoire, plan climat… nous demandons plus de concertation !

A la suite du vote du projet de territoire, nous avions adressé une lettre au Pdt de notre intercommunalité (la CASGBS) pour regretter l’absence de concertation avec les habitants et les élus des villes concernées (nous vous en parlions ici).

N’ayant pas reçu de réponse à ce jour, nous avons décidé, en y associant de nombreux élus de l’agglomération, d’écrire un courrier au sous-préfet pour que le PCAET (plan climat air énergie territorial) voté récemment soit l’occasion d’une concertation avec les habitants concernant les projets de l’intercommunalité et leurs impacts sur la biodiversité locale et notre cadre de vie.

Nous espérons que cette démarche citoyenne sera efficace et permettra que la concertation, trop souvent absente des grands projets portés par la majorité municipale ou communautaire, soit cette fois-ci au rendez-vous.

RC

lettre ss préfet PCAET CASGBC

 

« Les témoignages sur le vélo à Sartrouville ? Je m’en fous ! »

C’est le Maire qui m’a répondu ainsi, en conseil municipal, avec cette phrase toute en délicatesse et pleine d’intelligence. Étonnant ? Lors du conseil du 5 avril, nous avions proposé en « question diverse » d’échanger sur le baromètre des villes cyclables. Cette enquête est nationale, initiée par la FUB qui est une association à but non lucratif regroupant 270 associations et défendant 3 millions de cyclistes quotidiens. Chaque cycliste, occasionnel ou régulier, avait la possibilité de noter les aménagements de sa ville, de signifier s’il se sentait en sécurité pour circuler, si des services de location ou d’entretien existaient etc… Sartrouville est ressortie plutôt mal notée de ce sondage, on comprend pourquoi quand on connaît l’indigence des équipements alors que le’usage du vélo y est en développement ! (Si vous avez loupé ce sondage, et que vous avez des éléments à faire remonter, n’hésitez pas à nous écrire !)

Le Maire n’ayant pas entendu parler de cette enquête ni de cette association, a jugé que la soixantaine de réponses de Sartrouvillois au questionnaire ne valait pas grand chose. « 60 témoignages sur internet, pour une ville de 55 000 habitants, faites le ratio ! ». Pourtant, quand il s’agit de projets immobiliers, l’absence de réponse aux enquêtes publiques n’a pas l’air de le déranger ! D’ailleurs, il les lance sans information préalable et pendant les congés scolaires…

« Les seuls votes auxquels je prête attention, c’est tous les 6 ans pour les municipales ». A force de s’appuyer sur cet argument, celui-ci pourrait bien finir par s’écrouler…

Ce mépris pour les cyclistes sartrouvillois, et pour toute pensée différente de la sienne d’ailleurs, est indigne du Maire de la deuxième ville des Yvelines ! Pourtant quand il s’agit de se pavaner à l’assemblée générale du CADEB ou de Réseau Vélo 78, notre Maire montre un autre visage, beaucoup plus pro-vélo ! Nous saurons le lui rappeler.

RC

Inondations : la digue n’est pas une solution miracle

Un peu plus d’un an et demi après le dernier épisode d’inondations (mai-juin 2016), la Seine déborde à nouveau à Montesson, Maisons-Laffitte et quelques caves sont inondées à Sartrouville.

26993523_1224539631023122_2301368007159145332_n

Dans un premier temps il convient de se féliciter de la réactivité des services municipaux Sartrouvillois qui ont à nouveau répondu présent pour informer les habitants du niveau de la Seine en temps réel, on peut aussi remercier les autres acteurs comme par exemple la FCPE de l’école Marcel Pagnol (maternelle qui est très proche du fleuve, et qui avait été évacuée préventivement en 2016) pour l’information donnée aux parents.

En tant que Sartrouvillois, je suis aussi très content que notre digue ait limité les dégâts, à la différence des villes voisines. Mais sera t elle encore assez haute lors des prochains épisodes de crue ? Par ailleurs, beaucoup réclament le prolongement de la digue vers Montesson, mais est-ce que ce serait suffisant ?

Prenons un peu de recul : depuis une trentaine d’années, l’Île-de-France connait des périodes récurrentes de bas niveau de pluviométrie, et pourtant les crues localisées se produisent.
Pourquoi ? L’influence humaine du fait de l’urbanisation et de l’artificialisation des sols ainsi que des pratiques agricoles ne permettant plus aux eaux pluviales de pénétrer les sols et créent les conditions de crues sporadiques et localisées alors même que la période est plutôt sèche. Une pluviométrie plus importante pourrait apporter des dégâts bien plus conséquents.
Si nous devons repenser globalement l’urbanisation et ne plus autoriser d’artificialisation des sols, notre ville (et notre communauté d’agglomération) peut dès aujourd’hui prendre des mesures de bon sens :
–    Gestion de l’eau à la parcelle, il est paradoxal de vouloir protéger les habitants d’une crue de la Seine si les eaux pluviales sont de manière systématique rejetées au fleuve (soit en direct soit via la station d’Achères). En rechargeant les nappes phréatiques tout en protégeant les villes qui sont en aval, nous participerions à un effort global d’intérêt collectif,
Lors des constructions nouvelles et lors des acquisitions de biens, un contrôle et une mise à niveau des habitations pourrait être effectués, le coût global des projets immobiliers n’étant impacté qu’à la marge par de telles mesures,
–    Incitation à une modification des pratiques agricoles de la boucle de Seine, les taux de matières organiques très faibles de cette zone constitue en effet un manque dans la capacité des sols à retenir l’eau,
–    Modification de la place de l’arbre dans les parcs, une plus grande présence de l’arbre et passage de l’arbre isolé au bosquet permet l’infiltration de plus grandes quantités d’eaux au niveau des nappes, la crue du fleuve n’est pas liée à la remontée des nappes mais à la montée des affluents amonts, une plus grande imprégnation des nappes permettrait un étalement des épisodes de crues et donc leur écrêtement,
–    Arrêt des projets d’extension des zones commerciales, il n’est plus possible d’artificialiser encore les sols, il faut songer à travailler à périmètre constant et à valoriser les friches commerciales et industrielles existantes.
En conclusion, prolonger la digue à Montesson peut être vu comme un investissement positif pour 150 à 170 habitations, mais il ne s’agit pas d’une solution miracle et définitive si d’autres décisions ne sont pas prises :
–    veiller à ce que cet édifice ne modifie pas les aménagements nouvellement protégés et rendent plus coûteux une crue moins fréquente,
–    inscrire ce projet dans une politique (gestion de la cité) globale de l’Île-de-France et du bassin amont de la seine et de ses affluents,
–   penser protection et donc d’inciter toute mesure participant à cette protection (gestion de l’eau à la parcelle, fin de l’artificialisation des sols, pratiques agricoles, acceptation de la gestion commune de l’urbanisme et fin de l’esprit de clocher).
RC

Projet de territoire : lettre au Président de la CASGBS

Un « projet de territoire » sans concertation : nous avons appris la préparation d’une stratégie pour le territoire de notre intercommunalité, puis le vote, le 7 décembre à la CASGBS, de ce projet.

Nous regrettons d’avoir été exclus de cette présentation, et nous dénonçons les risques liés à l’environnement et au cadre de vie de nos territoires. Nous avons donc, en tant qu’élus municipaux écologistes et radicaux de gauche, adressé un courrier à son Président, Pierre FOND, avec copie aux conseillers communautaires.

Vous pouvez en prendre connaissance ici (lettre signée projet territoire) et nous y ajoutons la contribution du Cadeb (http://www.cadeb.org/documents/2018/01/lettre-74_cadeb_-janv-2018.pdf) qui exprime également des regrets et des manques pour ce document pourtant structurant. N’hésitez pas à réagir.

LettreProjetTerritoire RC IAT JT 2017-12 vff

Cadeb ProjetTerritoire

Santé : prévention et service public… vivement des actes !

Etonnant ! La dernière tribune de la majorité, écrite par Emmanuelle Aubrun (à lire ici) aurait pu être écrite par un membre de l’opposition… alors nous attendons maintenant des actes.

Je suis d’accord avec plusieurs éléments de son texte et c’est d’ailleurs en large partie le projet que nous défendons dans l’opposition :

  • développer la prévention car « mieux vaut prévenir que guérir », cela évite beaucoup de souffrances et cela coûte moins aux comptes publics,
  • le déficit de médecins à Sartrouville (et ailleurs) est un enjeu majeur, il faut aider les médecins à s’installer dans notre ville, ouvrir des postes dans les hôpitaux…
  • si l’Etat ne se saisit pas de ces questions, c’est le privé qui le fera et on pourra dire « adieu » à notre système de santé acccessible qui permet à chacun de se soigner peu importe ses revenus.

Mme Aubrun se félicite aussi des partenariats noués par le CMS Yves Culot avec les hôpitaux avoisinants, comme nous l’avions rapporté à l’occasion de la dernière commission santé.

Cependant, si nous partageons ce constat, je ne peux être qu’étonné que la majorité à laquelle elle appartient ait fermé le centre de santé municipal Maurice Berteaux, et que le CMS Yves Culot ait été menacé lui aussi ! Des efforts de gestion ont permis de sauver ce dernier, je ne peux que regretter que le même soin n’ait pas été apporté à la sauvegarde du CMS Maurice Berteaux !

Au sujet de la prévention, je me félicite aussi des actions engagées contre le diabète, les AVC, les conduites addictives… mais je regrette qu’aucune action ne soit entreprise à Sartrouville pour limiter la circulation automobile et favoriser les économies d’énergies afin de limiter les particules fines (j’en parlais ici).

Donc, si j’ai bien compris, sur le papier, avec Emmanuelle Aubrun nous défendrions la même vision : prévention en amont, défense des centres municipaux de santé pour favoriser l’installation de médecins à Sartrouville et surtout éviter une médecine à deux vitesses… Alors, sur ces bases (car il se pourrait bien que nos convergences s’arrêtent là !), nous serions ravis de l’accueillir dans notre groupe d’opposition pour passer aux actes et être plus ambitieux encore ! Si ce n’est pas son choix, j’espère que sa vision de la santé sera appliquée bientôt par sa majorité, avec l’ouverture d’un CMS en centre ville et une vraie politique de prévention concernant les particules fines ! Elle nous trouverait alors en soutien d’actions que nous appelons nos voeux car nous sommes constructifs et cohérents.

Alors, chiche ?

RC

 

11 novembre 2017

 

 

Nous étions présents, comme chaque année, à la cérémonie du 11 novembre pour rendre hommage aux Sartrouvillois morts pour la France durant la guerre de 1914-1918.

Comme nous l’avons déjà exprimé dans la tribune de décembre 2014, notre présence à cette cérémonie a pour sens de montrer le respect aux morts tombés au champ d’honneur, mais nous y associons aussi les autres victimes de cette boucherie : soldats fusillés, mutins, pacifistes assassinés comme Jaurès etc., particulièrement en ce centenaire du funeste « Chemin des Dames ».

Il faut rappeler que cette guerre, résultat des nationalismes exacerbés, a surtout profité à certains grands patrons de l’industrie et a été la source principale de la seconde guerre mondiale, notamment avec les conditions posées par l’armistice et le traité de Versailles.

Ainsi, nous aurions préféré entendre la chanson de craonne plutôt que des marches militaires.

Nous regrettons que les prises de parole officielles lors de cette cérémonie (à l’exception de la lecture du texte envoyé par le Minitère des anciens combattants) soit encore une fois portée vers le triomphalisme de la victoire en occultant la construction de la paix.

Egalement, nous regrettons que tous les soldats morts pour la France soient associés à cet hommage car cela n’a pas de sens de commémorer les pertes lors de nos guerres coloniales en Indochine ou en Algérie ainsi qu’en opérations extérieures sans se poser la question du but de ces guerres et de leurs causes.  Tous nos morts ont le droit au respect en tant que victimes de la guerre, mais sans tout mélanger.

Autre désaccord : cette année à nouveau les noms des Sartrouvillois morts pour la France ont été lus par les enfants de l’école privée hors contrat « Espérance Banlieue »(cours Charles Peguy dont nous parlions ici et ). La Mairie a fait le choix, à nouveau, de promouvoir une école privée hors contrat au détriment des enfants des écoles publiques qui lisaient ces noms chaque année auparavant.

 

RC