7 avril 2016

Nous avons commencé ce conseil en votant les demandes de subventions que la ville présentera pour contribuer au financement de travaux d’assainissement.

Nous avons également voté à l’unanimité le PLU de Cormeilles-en-Parisis tout en questionnant le Maire sur les projets proches de Sartrouville. Nous avons ainsi appris que les deux communes, et intercommunalités, travaillaient en coopération notamment sur les questions de desserte. Nous nous en réjouissons !

Idem pour la candidature de la ville au nouveau programme (Prior’Yvelines) par lequel le Département soutiendra la construction de logements nous avons souligné que nous voterions pour ces projets dès lors qu’ils concernent la rénovation urbaine et la diversification des logements. Nous continuerons à être vigilants sur ce sujet, très vigilants et regardants notamment au regard de la mixité sociale, enjeu central du contrat de ville et du prochain protocole ANRU II.

Nous avons également voté pour le plan de mise en accessibilité des différents bâtiments publics communaux.

Evidemment, nous avons voté pour, unanimement pour, la subvention à la Crèche « Poisson d’avril ».

 

En revanche, nous n’avons pas voté la création d’une ZAD sur la plaine de Montesson, peu convaincus par l’argumentation du Maire sur la préservation de cette zone foncière compte tenu du passif de la majorité municipale, intercommunale et départementale sur ce sujet (RD 121, échangeur A14, développement de zones commerciales, désengagement financier sur la lutte contre les dépôts sauvages…). Nous sommes particulièrement attachés à conserver cette emprise foncière. Nous n’avons pas non plus apprécié le fait de devoir voter sur la base d’une délibération comportant un plan sans légende, difficile à comprendre. Un article complet suivra sur notre site.

 

Les échanges ont été très vifs sur la vente d’un terrain. Nous n’avons pas voté pour la désaffectation, puis le déclassement, puis la vente du même terrain, rue Turgot/Faidherbe (ancien internat médico-pédagogique) à un promoteur privé pour que ce dernier y construise 37 logements. Nous nous sommes élevés avec vigueur contre ces décisions pour deux raisons :

  • nous sommes convaincus qu’il est nécessaire de conserver ce type de terrain, bien placé, a priori à mi-chemin entre la gare et le lycée général de secteur. Nous avons été surpris que la majorité n’ait aucun projet d’équipement, de service pour la collectivité à proposer (pour la jeunesse notamment). En tout état de cause, notre position est que ce patrimoine doit susciter l’investissement et non être vendu pour financer le fonctionnement courant de la ville.
  • La majorité s’était déjà engagée, par écrit, sans réserves, trois semaines avant l’examen de cette délibération sur la vente de ce terrain à un promoteur immobilier. Dans ces conditions, nous avons contesté la procédure, peu démocratique, nous mettant devant le fait accompli. 3 d’entre nous ont ainsi voté contre et notre dernier membre a refusé de prendre au vote.

Nous avons voté contre, résolument contre, le choix purement politique de la majorité municipale de financer à hauteur de 54 000 € les écoles privées religieuses hors Sartrouville. Outre, qu’il pourrait être fait un autre usage de cette somme, nous sommes attachés à ce que les fonds publics aillent à l’école publique .

 

De manière générale, nous avons rappelé nos demandes de transparence : avoir la visibilité sur le patrimoine foncier et immobilier de la ville, notamment quand nous sont présentées des délibérations de vente ou d’achat de parcelles/immeubles, les statistiques d’évolution de la population, notamment pour les élèves et les jeunes enfants en crèche. Nous notons néanmoins que nous avons, enfin, après deux ans, eu une première série d’éléments d’information que nous réclamions : la visualisation sur les cartes des parcelles et immeubles appartenant à la ville quand nous examinons des délibérations d’achat ou de vente de biens de la ville.

IAT