24 novembre 2016

Les débats ont commencé de manière vigoureuse : nous avons d’abord présenté des candidats pour siéger à une nouvelle instance avec immédiatement un vote sur une liste ne comportant aucun représentant de l’opposition… puis nous avons demandé à ce que notre représentante au conseil communautaire siège à une commission intercommunale et nous sommes fait reprendre de manière particulièrement désagréable. En effet, le Maire, Pt de l’intercommunalité, a ironisé sur le choix politique de notre opposition de ne pas siéger en commission des finances au conseil communautaire, estimant donc notre demande inopportune. La majorité municipale n’a pas à exprimer ce type de commentaires, ce d’autant plus que la représentante de notre opposition participe bel et bien à chaque commission des finances communautaire ! Quelle tonalité détestable et irrespectueuse !

Le sujet comptable des créances de la ville nous a amené à nous interroger sur la restauration scolaire avec les familles n’ayant pas payé la cantine de leurs enfants, en suggérant l’utilisation du quotient familial. Le Maire nous a répondu accueillir tous les enfants à la cantine, quelle que soit la situation de leurs parents, et il nous a été précisé que le centre d’action sociale prenait en charge jusqu’à 75 % des facteurs pour les familles en situation de grande fragilité financière. Nous en avons pris acte après questionnement.

Sur l’urbanisme, nous avons exprimé, à nouveau, notre demande d’être réellement informés de la stratégie patrimoniale de la ville, avec l’inventaire des propriétés et le récapitulatif des achats et des ventes immobilières (cf. notre intervention en ce sens en septembre dernier). Le Maire a d’abord esquivé le sujet en indiquant que ces documents avaient été remis dans le dossier, ce qui est faux et que nous avons aisément pu contester. Nous avons donc formellement et fermement exprimé notre désaccord avec ces manières de procéder. Nous voterons donc contre tous les projets de vente du patrimoine de la ville tant que nous n’aurons pas accès aux informations permettant de les comprendre. Ce qui pourrait évoluer puisque lors de cette séance, il nous a, enfin !, été proposé d’être associé à une commission « urbanisme ». A suivre…

Nous avons voté pour :

  • Les dispositifs Santé et leur financement, notamment pour lutter contre les addictions chez les jeunes => avec l’annonce d’une commission « santé », enfin là aussi !, le 5 décembre prochain,
  • L’élargissement du dispositif « bourse pour le permis de conduire pour les jeunes » pour que les jeunes non imposables en bénéficient. 

Dans les décisions prises par le Maire et dont la liste nous est donnée en fin de conseil, nous sommes, notamment, revenus sur les travaux indiqués pour Poulbot à hauteur de 2 700 € pour l’accessibilité : nous souhaitons avoir une information précise et complète pour tout ce qui a trait aux sommes engagées par la Mairie pour les locaux qui ont été mis à disposition de l’école privée hors contrat Espérance Banlieue.

Enfin, nous avons soulevé des questions en « points divers » qui nous ont semblé manquer à l’ordre du jour :

  • Jaurès : nous avons voté pour le projet en émettant des réserves sur les conditions de réalisation, le stationnement et les travaux… la situation actuelle d’embolie du centre-ville nous préoccupe sur la réalité de ce projet et sa future gestion. Nous avons interrogé la majorité sur l’avancement du projet et notamment sur le dépôt du permis de construire. Nous aurions souhaité pouvoir consulter ce permis déposé mais cela nous a été refusé pour l’instant. Rendez-vous nous est donné en janvier pour une réunion spécifique. Nous ne pouvons hélas que patienter, ce qui ne permet pas de dissiper nos appréhensions grandissantes.
  • Quai de Seine : visiblement le Maire est satisfait des travaux menés et estime la gêne normale. Ce n’est pas notre cas : le centre-ville subit des embouteillages colossaux que tous les Sartrouvillois (à part la majorité municipale) ont constaté, les commerçants voient leur chiffre d’affaires chuter et Noël approcher, les activités scolaires en souffrent également et les lycéens accumulent les retards et les soucis. Mais, tout va bien nous répond-on.

IAT