23 juin 2016

Le budget 2015 a constitué une part importante des échanges de ce conseil : nous avons voté contre les budgets présentés (principal, annexe, affectation, supplémentaire) et nous nous en sommes expliqués. En effet, nous avons constaté que les investissements votés en 2014 pour 2015 n’avaient que (très) peu été réalisés. Entre 35 et 45 % seulement du budget général et 12 % pour l’assainissement ! Concrètement, les projets de la ville ne se réalisent pas ou trop peu alors que leur budget a été prévu (en arbitrant au détriment d’autres projets quand le choix a été fait). La majorité a convenu que cela était effectivement problématique et devait être amélioré… Nous voulons des projets volontaristes, qui aient du sens pour les Sartrouvillois et qui soient réalisés. Ceci pose question sur la gestion municipale et sa capacité à réaliser les projets. Sur ce plan aussi, la démocratie locale n’en sort pas grandie à Sartrouville.  + ici

Cela étant, il faut remercier les services et souligner l’effort de présentation des comptes qui permet dorénavant d’identifier le budget par priorités et grandes masses constituant les 80 millions d’euros du budget annuel de la ville.

Opposants constructifs, nous avons voté les projets d’urbanisme qui ont été présentés et notamment le projet de convention avec l’ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine) qui permettront de bien ajuster et dimensionner le schéma de renouvellement urbain sur le Plateau. Nous avons posé un certain nombre de questions, sur l’association des citoyens au projet notamment, et resterons vigilants.

Nous avons également voté pour le projet de nouveau pôle commercial à la Gare, qui comprendra une « locomotive » alimentaire mais aussi un ou deux commerces de petite taille en proximité, une brasserie, des logements en accession à la propriété, des parkings et, sous réserve, une maison pluridisciplinaire de santé. Même si nous sommes encore réservés sur certains aspects (stationnement, place du vélo, parti pris architectural très minéral notamment, grille tarifaire des médecins), ce projet correspond à des propositions que nous avions formulées pendant la campagne des municipales pour soutenir le commerce de proximité. Ce commerce de proximité renforce le lien social et participe au développement durable, nous y sommes donc favorables. + ici

Nous avons également voté pour l’attribution à l’IFAC du marché public dit « OMEF » (en fait une délégation de service public) car il s’agissait du meilleur candidat présenté. Nous avons suivi ce dossier avec vigilance depuis 2015, attentifs à offrir aux Sartrouvillois les plus fortes garanties de qualité de service. La procédure a pris du temps mais cela a permis le rehaussement de la proposition finale, ce dont nous nous réjouissons. Nous avons néanmoins insisté sur la nécessité de bien informer les familles de ces changements.

Nous avons refusé de voter les subventions qui nous ont été présentées parce que, une fois encore, la majorité municipale a glissé dans l’ensemble une demande de subvention d’une association à caractère religieux. Nous ne pouvons y souscrire et sommes dans l’obligation de la refuser, malheureusement avec le bloc dans lequel elle est, à dessein, intégrée.

Nous avons également posé des questions pour clarifier :

  • les effectifs pour la rentrée en maternelle : la Mairie nous a répondu sur ce point en confirmant le sureffectif et l’ouverture de 3 nouvelles classes (Sévigné, Lafontaine et Jaurès),
  • la crèche Poisson d’avril sur laquelle nous avons, à nouveau, attiré l’attention du Maire afin de contribuer à débloquer le financement attendu du Département,
  • les demandes de déménagement adressées par la Mairie à certaines associations : a priori, des solutions auraient été adoptées pour toutes,
  • le bilan de l’association SE2 qui fait toujours l’objet de grandes réserves de notre part eu égard à l’importance de son financement : un bilan doit nous être communiqué,
  • la question de la liberté d’expression des élus dans les tribunes municipales à la suite d’un nouvel ajout opéré par la municipalité sur l’espace qui nous est dédié : la réponse du Maire n’est pas satisfaisante.

IAT