20 septembre 2018

Nous avons directement attaqué par un sujet majeur : quelle intercommunalité pour notre ville ? En effet, sur la demande des différents maires (dont celui de Sartrouville), le tribunal a annulé celle qui nous relie aujourd’hui aux autres communes de la boucle de la Seine et de la zone de Saint-Germain-en-Laye. Ces mêmes élus nous disent maintenant qu’il faut absolument continuer comme avant. Ils nous disent aussi qu’ils ont pu réaliser de nombreux projets alors qu’ils n’ont cessé de nous expliquer qu’il fallait surtout limiter les projets au minimum (et qu’ils ont même « rendu » les bibliothèques aux villes !). Tout cela ne nous paraît pas cohérent.

Cela nous le semble d’autant moins que dans cette même majorité de Maires tous de droite (sauf Bezons), certains ont déposé d’autres recours contestant le périmètre et le pacte financier. Alors, nous avons voté pour cette nouvelle intercomumunalité car nous sommes persuadés qu’il s’agit d’un échelon pertinent pour mutualiser des moyens permettant de mener des projets d’envergure, à l’échelle du territoire. C’est donc un vote favorable de principe et pas tout un blanc-seing au projet présenté sur lequel nos questions sont restées sans véritables réponses.

Nous avons également voté les projets de renouvellement urbain présentés dans la convention avec l’ANRU et avons demandé communication des études sur le logement, la circulation, l’agriculture urbaine etc. qui sont prévues dans ce cadre. Financées sur fonds publics, elles intéressent tous les Sartrouvillois. Nous avons également demandé un point sur les « innovations » que la ville réalisera dans ce cadre. D’ailleurs, nous souhaitons être associés à une réunion de présentation et de restitution de ces travaux.

Les bailleurs sociaux qui proposent des logements dans les quartiers fragiles peuvent être exonérés de 30% de leur impôt foncier par la ville. Dans ce cadre, le conseil a examiné le bilan 2017 présenté et les projets 2018 : nous avons demandé des précisions afin que les financements n’aillent pas à des actions que le bailleur devrait normalement assurer. Nous attendons des réponses sur ce sujet et serons vigilants.

Nous avons voté le projet « cœur de ville » dont nous avions souligné dès décembre dernier tout l’intérêt pour la ville et pour lequel nous avons formulé des propositions concrètes après une consultation en ligne (2 000 votants au rdv !). Nous regrettons que le projet présenté ne soit pas suffisamment ambitieux, notamment en termes d’équipements publics et s’agissant des mobilités douces. Nous avons pointé quelques sujets en particulier et sommes prêts, à nouveau, à formuler des propositions. Nous regrettons aussi le « recyclage » de certaines mesures aux couleurs de ce projet. Nous espérons qu’il pourra être plus innovant et qu’il sera fédérateur notamment en associant les habitants et tous les acteurs intéressés.

Nous avons voté contre :

  • les ventes de terrain à des promoteurs immobiliers: pas de mixité sociale entre les quartiers pour les logements construits et notre patrimoine cédé au plus offrant alors que nous aurions besoin de réserves foncières suffisantes ;
  • une modification mineure de l’externalisation de la cantine centrale à une société privée : livrer les repas la veille est une dégradation supplémentaire d’un service dont nous demandons le retour en régie municipale.

Nous avons voté pour les projets de skate park à Gagarine, d’équipements de sports de rue. Nous y sommes particulièrement favorables à ces opérations et les soutenons sans ambiguïtés en souhaitant, également, que les associations qui pourraient être concernées soient associés : il semble que cela soit le cas et nous nous réjouissons du tout ! Nous avons, évidemment, voté pour la subvention d’équilibre à la crèche associative Poisson d’avril.

Nous avons soulevé plusieurs questions diverses :

  • Point sur la rentrée scolaire: 26 classes de CP ont été dédoublées et l’ensemble semble s’être bien déroulé une fois la situation de Turgot réglée,
  • Jardins familiaux : quelles sont les modalités d’attribution ? sur liste d’attente, par ordre d’arrivée, avec des mises en location toutes les semaines pour des lopins insuffisamment entretenus, ou non assurés, par exemple ;
  • Relogement « Malraux » : les derniers locataires ont été relogés et la démolition va commencer très prochainement,
  • Le soutien que la ville pourrait apporter aux organisateurs (si ceux-ci le souhaitent, naturellement) du tournoi de foot des quartiers.